Entretien avec Max Brandt

ElectricBrands - Max Brandt
Max Brandt (Vice-président | Co-CEO)

Ces derniers mois, nous avons été un peu en retrait car, en tant que jeune entreprise, nous avons dû nous concentrer sur les choses les plus importantes. Il s'agit en premier lieu de faire passer ElectricBrands du statut de start-up à celui de scale-up. Le développement de nos produits est au centre de nos préoccupations.

Nous souhaitons vous donner un aperçu de l'évolution actuelle de l'entreprise et répondre à vos questions.


Où en est ElectricBrands aujourd'hui et, en particulier, où en est le XBUS ?

En tant que start-up, nous sommes déjà actifs sur le marché depuis six ans. Statistiquement, 90% des start-ups en Allemagne échouent au cours des trois premières années. C'est pourquoi nous considérons notre développement comme un grand succès.

Nous avons repoussé le XBUS à deux reprises. C'est malheureux, mais tout à fait normal pour une start-up. En ce qui concerne les équipementiers établis, les reports de produits ne sont pas rares non plus, par exemple la Volvo EX90 a déjà été reportée pour la deuxième fois. Tesla a également dû reporter le lancement de la deuxième génération de batteries.

Entre-temps, nous ne développons plus le XBUS, nous sommes déjà dans la phase d'industrialisation. La nouvelle génération du XBUS sera lancée sur le marché fin 2024/début 2025. La nouvelle génération du XBUS présente quelques nouveautés importantes, comme par exemple une modularité améliorée et une conception de la production qui nous permet d'alléger considérablement les coûts, afin de pouvoir maintenir le prix déjà communiqué ou de ne devoir l'augmenter que légèrement. Il s'agit là aussi d'une nouvelle importante compte tenu de la nette augmentation des prix des fabricants !

Dès le mois de novembre, nous aurons l'occasion de vous présenter la New Generation XBUS lors d'un événement destiné aux concessionnaires.

Nous mettons en place des structures correspondantes au sein de l'entreprise pour la collaboration fructueuse que nous avons entamée avec notre partenaire de production néerlandais VDL. Pour cela, nous avons pu recruter en peu de temps nos propres développeurs, qui travaillent déjà à Eppertshausen, Munich et, à l'avenir, dans une maison de projet commune aux Pays-Bas. Enfin, une nouvelle équipe de direction autour du nouveau CEO Max Brandt, d'Alexander Klaus en tant que nouveau CFO et de Felix Demandt en tant que nouveau COO contribuera au développement des points forts de l'entreprise.

 

Quel est l'avenir d'Evetta ?

Telle qu'elle était prévue à l'origine, l'Evetta n'existera pas sous cette forme de la part d'ElectricBrands. Il y a plusieurs raisons à cela. D'une part, nous traitons le feedback de la communauté, le feedback de nos développeurs et le feedback du marché.

Nous avons donc développé le produit en profondeur, car nous croyons en une petite voiture dans le segment des véhicules légers. C'est pourquoi l'Evetta existera, également en temps voulu, mais dans un nouveau concept dans lequel nous avons pris en compte des paramètres importants.

Le nouveau concept tiendra compte du fait que les familles, en particulier, souhaitent transporter une troisième personne de A à B en toute sécurité et de manière écologique. En tant que véhicule, il sera plus sûr, plus durable, plus écologique et bien entendu électrifié. Le concept global de la nouvelle Evetta est conçu pour une mobilité urbaine et suburbaine pour les familles, les amis, les pendulaires et bien d'autres.

 

Quelle est la situation financière d'ElectricBrands ?

Tout d'abord, il faut considérer le financement des start-up en Allemagne. Celui-ci est nettement plus difficile et les obstacles sont nettement plus élevés que dans d'autres pays européens. C'est pourquoi ElectricBrands a misé dès le début sur un autofinancement important et continue à le faire. Au début de l'année, nous avons en outre pu gagner la VR Bank Schmalkaden comme premier investisseur et cet investissement devrait continuer à se développer.

En tant que start-up, ElectricBrands est en bonne position financière, car nous ne traînons pas de montagne de dettes et sommes en mesure de convaincre des investisseurs d'investir dans ElectricBrands. Nous allons mettre en place la production du XBUS avec VDL aux Pays-Bas, l'Evetta est encore en discussion. VDL n'est pas seulement un partenaire de production, mais aussi un partenaire financier et économique très solide en arrière-plan. Il convient toutefois de préciser que nous ne sommes pas des entreprises associées et que VDL ne détient donc pas de parts dans ElectricBrands. Notre indépendance est pour nous un bien précieux, dont nous sommes fiers à juste titre.

 

Où en sont les préparatifs de VDL pour la production en série ?

Nos ingénieurs, tout comme VDL, travaillent déjà à l'industrialisation et à l'orientation de la mise en place des lignes de production aux Pays-Bas.

 

Quelles sont les prochaines étapes ? Pourquoi n'a-t-on pas beaucoup entendu parler d'ElectricBrands ces derniers temps ?

Le fait que l'on n'entende plus beaucoup parler de nous est une chose qu'une start-up doit se permettre ou peut se permettre de temps en temps. Nous nous sommes beaucoup concentrés et focalisés sur l'industrialisation d'un véhicule. C'est pourquoi nous avons fait beaucoup de choses dans ce domaine au fil du temps, ce qui nous permet maintenant de mettre en œuvre l'industrialisation.

Les véhicules de présérie, prévus entre juin et août de l'année prochaine, constituent une autre étape importante pour l'avenir.

Parallèlement, nous développons l'Evetta entièrement remaniée. Nous souhaitons franchir les étapes de l'industrialisation l'année prochaine. Pour l'instant, nous ne pouvons pas encore dire quand l'Evetta sera disponible, mais nous le communiquerons dès que le calendrier correspondant sera définitif.